Tous les articles

La montée en puissance du Handball

Déjà diffuseur des Championnats du Monde jusqu’en 2025, le Groupe TF1 a annoncé le 28 novembre l’acquisition des droits des championnats d’Europe de Handball masculin et féminin pour la période 2020-2024. Afin de comprendre l’investissement réalisé par la première chaîne pour la mise en avant de cette discipline, SPORT INDEX se penche sur les clés du succès d’un sport classé second à l’indice d’attractivité de l’étude du même nom.

 Performances et pratique du Handball : une discipline en parfaite santé

L’expansion du handball et sa popularité croissante peuvent s’expliquer avant tout par les performances des équipes françaises masculines et féminines depuis le début de la décennie.

S’agissant des hommes, l’équipe de France a terminé respectivement 1er, 5ème, et 3ème des trois derniers championnats d’Europe. Sa régularité est encore plus impressionnante lors des championnats du Monde : s’ils se sont arrêtés à la dernière marche du podium pour l’édition 2019, les Bleus restaient sur deux médailles d’or lors des deux précédentes éditions (2017 et 2015). Lors de la dernière saison, les trois premières places de la Ligue des Champions avaient été trustées par Nantes (3ème), Paris (2ème) et finalement Montpellier (1er).

Les handballeuses restent également sur une très belle série puisqu’elles sont championnes en titre d’Europe (2018) et du Monde (2017). Elles tenteront de conserver leur titre lors des championnats du Monde qui se déroulent actuellement à Tokyo : si les françaises n’ont pas gagné leur deux premiers matchs de la compétition (une défaite et un nul), elles ont remporté leur deux derniers matchs de poules, contre l’Australie (46-7), et ce mercredi contre les allemandes (25-27).

Clubs et équipe de France peuvent, il est vrai, s’appuyer sur un vivier croissant de licenciés, qui garantit le passage de relai entre les générations, et a vu se succéder Bronzés, Barjots, Costauds et Experts ! : la FFHB figure parmi les 10 fédérations qui comptent le plus grand nombre de licenciés et, des 40 disciplines étudiées par SPORT INDEX, elle a enregistré ces dernières années la plus forte progression : +17% entre 2012 et 2018, de 470 590 il y a 7 ans, à 549 925 l’an dernier, loin devant les autres fédérations majeures : Football (+6,9%), Rugby (-1,27%), Tennis (-11,32%), Basketball (12,1%), Equitation (-11,7%) ou encore Judo (-4,62%).

Evolution du nombre de licenciés depuis 2012

Source : Ministère des Sports

 Au cours de la même période, la part des licenciées s’est légèrement érodée : 36,7% en 2012 (172 542) et 35,7% en 2018 (196 098).

Des scores d’audiences record, et un volume horaire en TV en clair multiplié par 20

Il y a 5 ans, la place des équipes de France en télévision en clair s’était limitée à la diffusion de la finale du championnat d’Europe masculin sur France 2  Si déjà, le titre continental de 2014 avait réuni 4,8M de téléspectateurs, les très bons scores d’audiences des compétitions suivantes ont incité d’autres groupes, notamment TF1, à acquérir les droits des différentes compétitions nationales et internationales.

En 2015, ce dernier avait diffusé les championnats du Monde masculin, avec deux records d’audiences à la clé : la demi-finale Espagne-France avait rassemblé 3,3M de téléspectateurs sur TMC, meilleure audience de l’année pour une chaîne de la TNT, et plus de 9 millions de téléspectateurs sur TF1 pour la finale France-Qatar, record de l’année tous programmes confondus. Résultats proches pour les championnats du Monde masculin 2017 : 4,8M de téléspectateurs pour la demi-finale France-Suède sur TMC (record absolu pour une chaîne de la TNT), et 8,7M sur TF1 pour la finale remportée par les bleus contre la Norvège.

Ces scores d’audiences, exceptionnels pour un sport autre que le football, ont poussé l’an dernier les chaînes à diffuser en clair des compétitions qui ne l’étaient pas jusqu’alors, comme la Golden League sur les antennes du Groupe M6, ou les Coupes de France masculine et féminine sur La Chaîne l’Equipe. Mais ces dernières n’ont pu rivaliser avec la finale des championnat d’Europe féminin, puisqu’en décembre 2018, 5,4M de téléspectateurs étaient réunis (à 17h) pour assister au sacre des handballeuses françaises sur TF1. Ceci constituait alors un record pour un sport féminin (plusieurs fois battu depuis lors de la Coupe du Monde de football féminin).

L’attractivité démontrée de la discipline se retrouve dans le nombre de compétition diffusées en clair (une seule en 2014, et 9 en 2019) et, par voie de conséquence, son temps de présence à l’antenne : 39 heures à ce jour, en 2019, susceptible d’augmenter encore en fonction du parcours des bleues lors du championnat du monde. Et dès le 15 janvier prochain, le groupe TF1 diffusera le championnat d’Europe masculin.

Volume horaire en clair du Handball depuis 2014 (en heures)

Source : Sport INDEX sur données NPA Conseil

Un écosystème économique dynamique

Une discipline aux résultats sportifs réguliers, qui dispose d’une pratique croissante et d’une exposition médiatique grandissante, rassemble tous les facteurs pour être la cible d’investissements des entreprises.

En mai dernier, comme l’avait indiqué SPORT INDEX, la Ligue Féminine de Handball devenait la Ligue Butagaz, devenant ainsi, avec la D1 Arkema, la seconde ligue féminine professionnelle à disposer d’un naming. Si la Ligue masculine bénéficiait déjà du soutien de Lidl (devenue Lidl Star Ligue au début de la saison 2016/2017) d’autres annonceurs majeurs se sont associés récemment au handball français : Renault, La Poste, la FDJ, la Caisse d’Epargne, Eden Park, Adidas… Ce florilège de grandes marques fait du Handball la seconde discipline la plus attrayante en matière de sponsoring sportif selon le classement SPORT INDEX de juin 2019. A cette date, FFHB, LNH et LFH totalisaient 23 sponsors.

Si l’on se place du côté des paris sportifs, compétitions nationales et internationales suivent une croissance régulière des mises jouées : en 2015, 16,1 millions d’euros avaient été pariés sur le Handball en France selon les données de l’ARJEL. En 2018, ces mises représentaient 28,8 millions d’euros. Rien qu’au premier semestre 2019, la somme totale des mises jouées pour cette discipline atteignait déjà 21,4 millions d’euros.

Catégories

Agenda