Tous les articles

Le combat difficile des diffuseurs de contenus sportifs face à la pandémie

La suspension et le report de l’ensemble des compétitions sportives constituent plusieurs enjeux de taille pour les diffuseurs du sport en live. Alors que les chaînes innovent pour combler les vides plus ou moins importants laissés par ces annulations, elles devront également réorganiser leurs grilles de programmes lors de la reprise des compétitions, avec en tête le problème du report des JO pour France TV

Innover pour pallier le manque d’audience du sport en live

Le 9 mars dernier, les dirigeants de la Serie A, le championnat de football italien, ont été les premiers à décider de la suspension de leur compétition. Depuis, l’immense majorité des compétitions européennes et mondiales qui devaient se dérouler au printemps et en été 2020 ont été suspendues, annulées ou reportées (plus d’informations).

Qu’elles soient payantes ou en clair, spécialisées ou généralistes, toutes les chaînes doivent innover dans la diffusion programmes qui sont désormais retransmis au sein des tranches horaires dédiées habituellement au sport en live.

S’agissant des chaînes en clair, La Chaîne l’Equipe, devenue au fil des années le plus grand diffuseur en clair d’événements sportifs en direct en termes de volume horaire, est la plus impactée par les reports de compétitions liés au corona virus. Effectivement, si la chaîne peut compter sur ses talk-shows du soir et sur la rediffusion d’épreuves de compétitions traditionnelles (pétanque, cyclisme) afin de maintenir ses audiences, celles-ci souffrent du manque de sport en live. Les rediffusions de sports de force, de fléchettes, de dodgeball ou encore de l’émission Top Gear ne permettent pas à la chaîne de tenir la dragée haute. En témoigne le fait que sa PdA4+ quotidienne moyenne n’a jamais dépassé les 1,0% depuis le 15 mars, ou que sa part d’audience au mois de mars (1,2% de PdA 4+) est également la plus basse depuis le début de la saison.

Afin de compenser l’absence d’épreuves en direct, L’Equipe parie notamment sur la rediffusion des matchs de légende de l’équipe de France de football : pendant 3 semaines, les mardis et mercredis soirs seront consacrés à la diffusion d’un match mythique des Bleus en coupe du monde, avec en point d’orgue la finale du mondial 2018. La stratégie semble payante puisque ce mardi 24 mars, la rediffusion du match RFA-France de 1982 (la célèbre demi-finale de Séville) a réuni 1,0% de PdA 4+, soit sa meilleure audience en Prime Time depuis le 11 mars.

Canal+, impacté par l’arrêt de la Ligue 1, de la Premier League, du Top 14 et de la Formule 1, a la capacité de combler l’absence de sport par des films de cinéma ou des séries. Cependant, pour faire vivre un (habituel) dimanche sportif à ses abonnés, le chaîne a diffusé 4 épisodes consécutifs de l’émission documentaire Sport Reporter, avant de programmer, à la place du Classico OM-PSG, qui devait se dérouler ce dimanche 22 mars, un best-of des derniers meilleurs matchs opposant les deux équipes. Pour aller plus loin, Canal+ a retransmis ensuite le match sous format e-sport, où deux gamers professionnels ont joué virtuellement le match sur le jeu FIFA 20. Avec 1,5% de PdA 4+ et 324.000 téléspectateurs sur l’ensemble de la soirée, Canal+ reste loin de ses audiences habituelles du dimanche soir depuis le début de la saison (1,1M de tlsp pour 4,7% de PdA 4+).

De son coté, Eurosport a opté pour une stratégie plus digitale : durant le confinement, le groupe met en ligne sur sa plateforme de nouveaux contenus « pour répondre aux attentes des internautes et des téléspectateurs ». Sa plateforme web proposera ainsi des émissions de débats et d’actualités, des quizz interactifs, des conseils de coaching pour faire du sport chez soi, ainsi que des rétrospectives des plus beaux moments en Grand Chelem et des plus belles Courses de cyclisme (également proposées sur ses canaux linéaires). Pour rappel, au S2 2019, le Tennis et le Cyclisme ont compté pour plus de 70% du volume horaire de la diffusion du sport en live d’Eurosport.

Report des J.O : comment va s’organiser France TV ?

La décision du report de la compétition était attendue depuis le début de la pandémie, elle est intervenue ce mardi : Thomas Bach, président du Comité International Olympique, a officialisé le report des J.O de Tokyo 2020 à l’été 2021. Dès lors, tous les acteurs entourant l’organisation de l’événement s’en trouvent bouleversés : athlètes, délégations, comité d’organisation, acteurs du tourisme et de l’immobilier, sponsors, spectateurs, diffuseurs…

En France, les détenteurs de droits TV sont Eurosport et France TV. Et la pandémie de Coronavirus qui frappe le paysage sportif dans son ensemble va avoir des conséquences très importantes sur la diffusion des JO par le groupe audiovisuel public, comme pour la filiale du groupe Discovery.

Comme l’avait analysé SPORT INDEX il y a plusieurs semaines, la question est encore plus brûlante.  France 4 et France Ô, qui devraient disparaître le 9 août prochain, devaient servir de complément à France 2 et France 3 pour la diffusion de la compétition. Un problème de taille s’impose ainsi à France TV : en 2021, comment s’articulera la diffusion des jeux en clair sur les chaînes en clair restantes du groupe (F2, F3 et F5) ? Car les deux « petites sœurs »  jouent aujourd’hui un rôle clé dans la retransmission des JO sur France TV : en 2016, lors des JO de RIO, France Ô avait été le canal préférentiel du groupe avec 206 heures de diffusion, sur les 551 heures de la compétition. Additionnées à la diffusion des épreuves retransmises sur France 4 (104 heures) les deux canaux représentaient plus de la moitié (56%) du volume horaire des JO sur France TV.

Répartition du volume horaire de diffusion sur France TV des J.O de Rio 2016

 

 

Quid des Droits TV de la Ligue 1 ?

En juillet prochain s’ouvre le nouveau cycle des droits TV de Ligue 1 pour la période 2020/2024 avec Mediapro comme nouveau diffuseur principal de la compétition (accompagné de beIN SPORTS), qui doit lancer sa chaîne GOL dans le même temps. La question est désormais de savoir si ce scénario est toujours d’actualité, puisque le championnat de France, qui s’est arrêté à la 26ème journée, ne connaît toujours pas sa date de reprise (si reprise il y a…), et Canal+ dispose des droits de diffusion de la Ligue 1 jusqu’à la fin de la saison, qui n’a, elle non plus, pas encore de date de clôture…

 

Catégories

Agenda