Tous les articles

FFF, LNB, LNH : à l’assaut de la diffusion sur internet

Désireuses de rendre accessibles gratuitement des compétitions en manque de visibilité, ou en quête d’exposition au plus grand nombre et d’attirer des partenaires pour leur championnat élite, trois des grandes instances françaises de sport collectif ont annoncé se lancer/se sont lancées mi-septembre dans l’aventure OTT, qui commence à devenir un standard pour toutes les entités sportives.

La FFF lance sa plateforme de vidéo en ligne

Si la FFF est la fédération sportive en France qui compte (et de loin) le plus grand nombre d’abonnés  à sa page YouTube (1,42M pour 430M de vues cumulées depuis son lancement en 2012), l’instance majeure du foot a décidé de diversifier son offre vidéo en lançant, ce vendredi 18 septembre, son propre service vidéo, FFF.TV. Accessible sur ordinateur, tablette, smartphone et sur téléviseur connecté, et hébergé sur le site de la Fédération, ce nouveau service permettra d’accroître la visibilité des championnats estampillés FFF et des sélections nationales. En plus des résumés des matchs, insides, tops actions de la journée (déjà accessibles sur YouTube), des matchs en Live et en replay de D1 Arkema, de National 1, de Coupe Gambardella et du championnat de France de Futsal seront diffusés sur ce nouveau service.

Parmi les fonctionnalités présentes sur le player de FFF.TV, on retrouve le mode ralenti (jusqu’à x0,5) et accéléré (jusqu’à x2), la possibilité de diffuser le contenu en mode picture-in-picture (sur ordinateur) ainsi que la disponibilité pour l’ensemble des lectures, en live, en replay ou à la demande, d’une diffusion HD (1080p). Au cours de la saison, plus de 250 matchs de championnats masculins et féminins, jeunes et amateurs, seront diffusés sur la plateforme. Pour chaque diffusion live, un dispositif sera mis en place pour faire vivre le match comme une diffusion à la télévision (résumé des matchs précédents, présentation des équipes, commentateurs…). Les partenaires médias de la FFF (TF1, M6, W9, Canal+, France TV et Eurosport) aideront également à la production des images.

Au total, 4000 vidéos sont attendues sur FFF.TV cette saison dont :

  • 250 rendez-vous de direct
  • L’actualité des 18 sélections nationales masculines et féminines
  • 8 rencontres du championnat National retransmises en direct à chaque journée
  • 10 matches de D1 Futsal retransmis en direct
  • 10 matches de l’Equipe de France Futsal retransmis en direct
  • 10 matches de Coupe Gambardella-Crédit Agricole retransmis par saison
  • 3 matches des sélections nationales retransmis en direct

LNB TV : un lancement contraint ?

Du côté des parquets et de la Ligue Nationale de Basket, les problématiques des droits TV et de l’exposition ne sont pas les mêmes que celles du football. Après cinq années d’un contrat de diffusion de la Jeep Elite avec RMC Sport (Groupe Altice) pour 10M€/an, la LNB a fait le choix d’une stratégie  « 100 % en live, 100 % gratuit, 100 % commenté » de diffusion sur trois canaux différents pour la saison 2020-2021.

  • La Chaîne l’Equipe: a minima 40 matchs (saison régulière + Playoffs) de premiers choix seront diffusés sur le canal 21 de la TNT. Après un contrat avorté en 2015-2016 (diffusion de 12 matchs de saison régulière de choix 3), la chaîne diffusera chaque lundi à 21h une rencontre de la Jeep Elite. Pour compléter cette offre, le site l’Equipe diffusera également en direct une rencontre chaque samedi à 20h et proposera le résumé de tous les matchs du championnat.
  • Sport En France: la chaîne du mouvement sportif français diffusera chaque samedi à 20h une affiche de Jeep Elite et régulièrement des matchs de Pro B.
  • LNB TV: la nouvelle plateforme de la LNB  (également hébergée sur le site de la Ligue) diffusera l’ensemble des rencontres de Jeep Elite (autre que celles proposées par La Chaîne l’Equipe) et de Pro B en direct à partir du 1er octobre prochain. Tout comme FFF.TV, LNB.TV proposera des résumés, des insides, des interviews et des tops actions pour être au plus près des utilisateurs de la plateforme.

Cette nouvelle stratégie de visibilité pour la Ligue ne lui apportera cependant aucune recette  directe, puisque la Chaîne l’Equipe et Sport en France ne verseront pas de droits de diffusion. De plus, la Ligue, qui utilise le système de captation Key Motion pour la diffusion de ses matchs, devrait dépenser environ 500 000€ en coûts de production cette saison, compensés par les emplacements publicitaires qui toucheront désormais un plus grands nombre de téléspectateurs. Toucher un public plus large permettra à la LNB de se lancer dans une reconquête de ses partenaires, qui vont être au centre de cette stratégie, afin de compenser notamment la fin du partenariat avec Amazon (qui était à hauteur de 700K€/an), les manques à gagner de billetterie à cause des restrictions liées à la Covid-19, ainsi que la fin du contrat de diffusion avec RMC Sport.

Virage OTT pris par le Volley-Ball, en cours pour le Handball, inexistant pour le Rugby

A l’instar de ce qu’a fait la LNH pour la diffusion de la Lidl Starligue cette saison, la LNB pourrait se tourner la saison 2021-2022  vers une solution hybride entre diffusion sur une chaîne payante d’une part, et retransmission sur sa propre plateforme afin de retrouver des revenus issus des Droits TV.  En effet, beIN Sports retransmettra en direct trois matchs de premiers choix le week-end (le vendredi à 20 heures, le samedi à 19 heures et le dimanche à 17 heures) sur ses canaux premium (beIN Sports 1, 2 et 3). En parallèle, pour donner de la visibilité aux  5 autres matchs de chaque journée (150 au total sur la saison)  non diffusés par beIN Sports, ceux-ci seront produits par la LNH et diffusés gratuitement sur les supports digitaux de la Ligue (application LNH Hand Pro, site lnh.fr et chaîne YouTube) et/ou sur ceux des 16 clubs de Lidl Starligue.

Si la réduction du nombre de matchs diffusés par beIN Sports a entrainé une diminution des droits TV de la Lidl Starligue, le compromis semble cependant fonctionner : d’une part les clubs percevront chacun 140 000€ de revenus de droits TV, d’autre part, ils gagneront en exposition et ainsi permettront d’attirer une plus large public et de potentiels partenaires.

Du côté du Volley-Ball, en octobre 2018, faute d’accord avec des diffuseurs en clair ou en payant, la Ligue Nationale de Volley avait officialisé le lancement de la LNV TV, une web TV payante, pour permettre la diffusion des championnats de France de volley masculin et féminin. En partenariat avec Oppia Performance, et malgré de nombreux problèmes techniques au cours de la première saison de diffusion, la chaîne de streaming a été reconduite pour la saison 2019-2020 et 2020-2021, avec des prix cassés, réduisant par exemple le tarif de l’offre la plus complète de la chaîne de 49,99€/mois à 24,99€/mois. Ainsi, les décisions stratégiques de la Ligue de Volley de créer sa propre chaîne d’une part, et d’en réduire considérablement le prix d’autre part, traduisent les efforts laborieux pour permettre le visionnage en direct du volley français au plus grand nombre.

Enfin s’agissant du Rugby, si le site de la Fédération intègre un onglet FFR.TV, celui-ci est loin d’être comparable avec les contenus et les fonctionnalités des services traités plus haut. En effet, les vidéos présentes sont marquées YouTube, ne signifiant aucun investissement fait par la fédération dans le lancement de son propre service vidéo sur internet. De plus, seulement des mini-docs et insides (environ 3 minutes)  sont disponibles, sans résumés de matchs des sélections nationales ou encore de diffusions Live de divisions amateurs ou féminines.

Sport Index

Catégories

Agenda