Tous les articles

Le marché des biens sportifs en souffrance

Mis à l’arrêt pendant plusieurs mois durant l’année 2020 à cause de la crise sanitaire liée à la Covid-19, l’ensemble du mouvement sportif français se retrouve dans une situation de crise inédite : chute du nombre de licenciés dans les clubs de sport amateurs, pertes financières colossales…De ce fait, l’industrie des articles de sport n’a pas été épargnée : elle a enregistré un recul significatif des ventes de biens de sports et loisirs de 7 % en moyenne en 2020, selon les premières estimations de l’Union Sport & Cycle.

L’ESSENTIEL

– Le chiffre d’affaires du marché des biens sportifs a baissé de 7 % en moyenne en 2020, soit environ 800 000 euros, selon les premières estimations de l’Union Sport & Cycle, faites à partir d’un panel représentatif d’enseignes multisports représentant 60 % du marché.

– Roxana Maracineanu, la ministre des Sports, envisage des matchs test pour préparer le retour du grand public dans les enceintes sportives.

– Decathlon a publié, le 13 février 2021, un référentiel du premier prototype de son masque barrière pour le sport.

La crise sanitaire liée à pandémie de la Covid-19 a impacté l’ensemble du sport amateur. Il a connu une forte diminution de son nombre de pratiquants avec la fermeture des lieux de pratique et l’annulation des compétitions, et traverse actuellement une crise financière sans précédent. En effet, d’après Le Monde, le nombre total de licenciés a baissé de 9,4 % au cours de l’année 2020. Et ce phénomène n’est pas près de s’arrêter. Selon Roxana Maracineanu, la ministre déléguée chargée des Sports, il faudra s’attendre à une « baisse de 20 % à 30 % » sur l’ensemble de la saison 2020-2021. Déjà, au 31 octobre dernier, le Comité national et olympique sportif français (CNOSF) avait comptabilisé 1,4 million de licenciés en moins au sein de 72 de ses 94 fédérations affiliées, passant de 9,1 à 7,7 millions de pratiquants. De plus, le CNOSF constatait sur un échantillon représentatif de 36 000 clubs un déficit de recettes à hauteur de 376 millions d’euros.

Baisse contrastée de la consommation de produits sports et loisirs

Le marché des articles de sports et loisirs a vu ses ventes reculer de 7 % en moyenne en 2020, une baisse estimée à partir d’un panel représentatif d’enseignes multisports représentant 60 % du marché (hors cycle, hors spécialistes, hors enseignes de mode). Les ventes ont chuté principalement pendant les périodes de confinement : en mars (-54 %), en avril (-87 %) et en novembre (-55 %).

Selon Virgile Caillet, délégué général de l’Union Sport & Cycle, l’année 2020 est celle « de tous les contrastes ». En effet, tout comme le sport amateur a enregistré une baisse à ampleur variable du nombre de pratiquants en club, le recul des ventes de biens sportifs a connu de grandes disparités selon les segments de marché.

Sans surprise, les sports qui supposent des contacts et donc des gestes peu compatibles avec les règles sanitaires de distanciation sociale, ont été les plus touchés, comme les sports collectifs (-20 %). Les sports de raquettes ont de même connu une sous performance (-12 %).

A l’inverse les segments de marché des sports pratiqués individuellement ont enregistré une surperformance comme le cycle (+7 %) et le fitness (+5 %). Et d’autres segments de marché ont été « méprisés » par la crise notamment le running          (-3 %), une des seules pratiques sportives autorisées pendant les deux périodes de confinement.

Les principales enseignes du commerce d’articles de sport, dans une situation encore floue, connaissent un début d’année 2021 difficile avec une baisse de consommation des articles de sports et loisirs estimée à 5 % en janvier.

Vers un retour du grand public dans les enceintes sportives ?

Le 17 février 2021, Michel Savin, récemment réélu président du groupe d’études sur les pratiques sportives et les grands événements sportifs du Sénat, demandait à Roxana Maracineanu le retour du public dans les lieux sportifs à titre expérimental.

La ministre chargée de Sports n’a pas tardé à réagir en se rendant à Lyon vendredi 19 et samedi 20 février 2021 pour discuter, avec Jean Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais (OL), Tony Parker, président du club de basket de Villeurbanne (ASVEL) et Olivier Ginon, président du Lyon olympique universitaire rugby (LOU), « des expérimentations possibles de reprises comme c’est le cas pour la culture » pour permettre un retour des spectateurs dans les enceintes sportives.

La ministre déléguée aux Sports a affirmé vendredi 19 février sur Franceinfo que le grand public pourra assister à des matchs, que ce soit en extérieur ou à l’intérieur » à partir d’un travail basé sur des « jauges partielles […] pour pouvoir avoir un pourcentage en fonction de la surface qui peut être occupée par les spectateurs ».

De plus, le référentiel du prototype du masque barrière pour le sport, dont le développement  avait été lancé dès l’été 2020 par Roxana Maracineanu, a été publié par Decathlon le 13 février 2021. Celui-ci constitue également un grand espoir pour les enseignes et les commerçants, qui attendent avec impatience un « rebond durable de la consommation sport ».

Premier prototype du masque barrière pour le sport

Sport Index

Catégories

Agenda