Tous les articles

Renouvellement de droits sur Canal+ : audiences croisées entre la F1 et le Top 14

La semaine du 1er mars, Canal+ a annoncé d’une part, le renouvellement des droits audiovisuels du Top 14 sur ses antennes jusqu’en 2027, et, d’autre part, son intention de diffuser en clair 4 Grands Prix de Formule 1 pour la saison 2021. Les deux compétitions, leviers de la programmation sportive de la chaîne cryptée, connaissent cependant des tendances contraires quant à l’évolution de leurs audiences.

L’accord a été annoncé le 2 mars : la Ligue Nationale de Rugby et Canal+ ont annoncé le maintien en exclusivité des droits TV du Top 14 sur la chaîne cryptée pour la période 2023-2027. Le montant total des droits s’élève à 454,4 millions d’euros sur quatre ans, soit un montant moyen par saison de 113,6 millions d’euros, en progression de 17 % par rapport au montant actuel des droits.

Evolution du montant des droits audiovisuels du Top 14 (par saison – en millions d’euros)

Trois jours plus tard, le Groupe Canal+ indiquait son souhait de diffuser en clair quatre Grands Prix de Formule 1. Détenteur des droits audiovisuels de la F1 depuis 2013, Canal+ avait renouvelé l’an dernier son contrat de diffusion pour les saisons 2021 et 2022, en s’adjugeant également la diffusion en clair, jusqu’alors détenue par TF1, co-diffuseur de la compétition (quatre Grands Prix par an). La chaîne cryptée avait consulté, en janvier dernier, le marché de la télévision gratuite pour sous-licencier ce lot en clair, mais faute d’offre jugées suffisantes[1], Canal+ exploitera elle-même ce lot sur l’une de ses chaînes.

Des audiences croissantes pour la F1, déclinantes pour le Top 14

Pionnier et habitué des diffusions sportives, le Groupe Canal+ a mis à profit toute son expérience pour donner à la Formule 1 en France une approche plus spectaculaire : plans exclusifs, caméra embarquée avec les pilotes et sur les stands, micros, mode expert en digital (statistiques en direct). Et Canal+ accompagne régulièrement les fans de F1 pour le suivi de la compétition et de ses coulisses, avec la création de la chaîne numérique Canal+ Formule 1, le suivi des coulisses des Grands Prix sur les réseaux sociaux, la diffusion de l’ensemble des séances d’essais et de qualifications, ainsi que l’adaptation du format de son magazine Formula 1 sur le modèle de celui du Canal Football Club, l’émission de football référence de la chaîne.

Avec la popularité que connaît la série documentaire Drive to Survive sur Netflix, qui suit en inside les pilotes du circuit depuis maintenant 3 saisons (la saison 3 sera disponible le 19 mars prochain, une semaine avant la reprise de la saison 2021 sur Canal+), et qui participe à l’accroissement de la visibilité de la compétition, la tendance évolue favorablement pour les audiences : +7% de téléspectateurs entre 2018 et 2019, et +28% entre 2019 et 2020. En deux ans, la compétition a ainsi gagné 210 000 téléspectateurs en moyenne ainsi que 1,4 point d’audience 4+. La saison dernière, bien que tronquée par la situation sanitaire (5 Grands Prix ont été annulés, et la compétition a été interrompue pendant 5 mois), 4 grands prix ont dépassé la barre du million de téléspectateurs, avec un plus haut à 1,2M pour le grand prix du Bahreïn le 29 novembre dernier, qui ouvrira par ailleurs la saison 2021.

A l’inverse le Top 14 connaît depuis 2018 un affaiblissement de ses audiences. Si le championnat de France de rugby reste le plus prestigieux au monde, la pandémie, le changement d’horaire des matchs, l’aspect violent du sport, et la baisse globale du niveau de l’équipe de France de Rugby au cours de la dernière décennie, peuvent expliquer ce désintérêt léger, mais progressif, du public pour le Top 14. Depuis 2018, le nombre moyen de téléspectateurs a diminué de 80 000, soit -16 %, pour passer de 500 000 téléspectateurs il y a 3 ans, à 420 000 en 2021. La PdA 4+ a également diminué de 0,9 point sur la période (2,5 % de PdA 4+ en 2021).

Evolution du nombre moyen de téléspectateurs de Formule 1 et du Top 14 sur Canal+ (en milliers)

Source : NPA Conseil sur données Médiamétrie

[1] Selon un article de l’Equipe

Sport Index

Catégories

Agenda